ACCUEIL

Cette plateforme est destiné au copwatching, à la diffusion d’informations concernant le ministère de l’intérieur, la police et la gendarmerie nationale et aux conseils pour celles et ceux qui souhaitent se lancer dans cette pratique.

Les lanceurs d’alertes identifiés ou anonymes au sein des forces de police et de la gendarmerie nationale ont également la possibilité de collaborer avec nous afin de permettre la diffusion d’informations concernant leurs conditions de travail. (photos, vidéos, documents,…)

Cette plateforme n’a pas pour vocation  de porter tort aux forces de l’ordre mais de porter à la connaissance du public des informations difficilement accessibles.

Les fonctionnaires de police et de gendarmerie sont soumis à un code de déontologie très strict qu’ils ont l’obligation de suivre mais une infime minorité d’entre eux ne le respectent pas et commettent des actes délictueux au regard de la loi.

L’omerta et la peur des sanctions règnent en maîtres dans les rangs et très rares sont les fonctionnaires qui osent dénoncer les agissements illégaux de leurs collègues et/ou de leur hiérarchie par peur des représailles de leurs collègues et/ou des sanctions de la part de leur hiérarchie.

A ce jour, les lanceurs d’alertes dans les rangs de la police et de la gendarmerie sont exceptionnellement rares et pour cette seule raison, les citoyen(nes) ont le devoir de  surveiller eux-mêmes les forces de l’ordre en filmant, photographiant et en enregistrant leurs propos et leurs actes sur la voie publique.

Nous comprenons que les forces de police et de gendarmerie n’apprécient pas d’être filmés et photographiés en permanence mais la défiance qui règne entre la population et les forces de l’ordre rend indispensable cette pratique tant qu’une minorité de policiers aura des comportements inadmissibles et injustifiables qui contribuent à jeter l’opprobre sur l’ensemble de la profession.

A ce jour, nous reconnaissons que l’immense majorité des forces de l’ordre sont parfaitement intègres, agissent de manières légales et respectent la loi et les citoyen(nes) mais une minorité ternissent l’image de toute la profession.
En particulier certaines BAC (Brigade Anti Criminalité) mais pas seulement.
Et tant que cette minorité existera, les copwatcheurs auront l’obligation morale d’être présent.

Encore à ce jour, il n’est pas rare qu’un grand nombre de policiers soient encore  insuffisamment formés à l’usage des LBD et que cette insuffisance de formation est l’une des causes principale des blessures infligés.

Le stress lié à la profession, aux conditions de travail ainsi que le manque d’encadrement des policiers et l’insuffisance de formation au maintien de l’ordre spécifique aux manifestations contribue également à des accidents de nature à engendrer des blessures corporelles extrêmement graves.


Concernant les pratiques policières en manifestations, bien que les forces de l’ordre aient l’obligation de suivre les ordres de leur hiérarchie sous peine de sanctions, ils ont également de faire preuve de discernement dans l’analyse de la situation à laquelle ils sont confrontés afin de limiter autant que possibles les blessures causées à la population.